Nouveauté

Les Filles de Montparnasse T 3
Nadja

separation

   



Voilà jetées les bases d'une BD palpitante, joliment écrite et d'un dessin fluide et envoûtant.
Le dessin de Nadja a la force de la photographie : saisissant et riche de détails. 
Une plume maîtrisée, douce et pertinente.
Il est difficile d'échapper au charme étrange, à l'emprise immédiate de cette BD, lumineuse et inspirée.




Amélie écrit, Garance peint, Élise chante, Rose-Aymée est modèle. Toutes les quatre partagent un appartement à Montparnasse. La Commune de Paris vient à peine de se terminer –nous sommes en 1873– et le monde de demain s’annonce déjà.

Ce troisième tome nous fait découvrir le passé de Rose-Aymée, la prostitution et ses liens avec les mouvements féministes de l'époque. Garance, quant à elle, est toujours indécise sur la direction à donner à sa peinture, mais finit par faire du nu masculin. Le père d'Élise n'a pas été tué lors de l'attentat et, à l'hôpital de l'Hôtel-Dieu, il se remet à la peinture. Amélie, enfin, se découvre féministe et renoue avec la littérature.

Avec ses couleurs flamboyantes, ses dialogues impertinents et sa sensualité, Les Filles de Montparnasse est une somptueuse tétralogie en Technicolor dont Nadja nous offre ici le troisième volume.




Née à Alexandrie, Nadja s'est fait connaître en publiant de nombreux livres pour la jeunesse comme Chien bleu ou Momo, dont la plupart ont paru à l'École des loisirs. Elle est également l'auteur de plusieurs romans graphiques, dont L'Homme de mes rêves ou Comment ça se fait, parus chez Cornélius.


216 pages
25,5 € 

separation

ancre