separation



Souccot, c'est quoi ?


Souccot est la fête des Cabanes est l'une des fêtes les plus joyeuses de la tradition juive; elle est d'ailleurs appelée Époque du Réjouissement dans la prière. La fête de Souccot débute le 15 du mois juif de Tishri (octobre) et dure sept jours, dont les deux premiers sont chômés. Elle est immédiatement suivie par la fête de Chemini Atseret.

Elle rappelle : La protection particulière que l'Eternel accorda pendant quarante ans aux enfants d'Israël, depuis leur sortie d'Egypte jusqu'à l'arrivée en terre promise.
Les cabanes que construisirent les Hébreux dans le désert.
Ces deux explications soulignent à la fois la protection générale qui s'exerce sur Israël, en tant que peuple témoin de la Révélation divine, et la valeur de chaque maison d'Israël au sens propre, comme au sens des différences approches identitaires.

Lors de leur traversée du désert, après la sortie d'Égypte, les Hébreux étaient protégés en permanence par D... sous la forme de colonnes de feu la nuit et de nuées le jour. Ils pouvaient et devaient s'en remettre entièrement à lui de façon sincère et confiante, ce qui était en fait la condition pour que Dieu leur fournisse cette protection tandis qu'ils étaient vulnérables.


LE LIEU


Pour construire une Souccah, il faut d'abord choisir un terrain adéquat. Le site doit être à découvert, c'est-à-dire qu'il ne peut être protégé par un toit ou un arbre. La surface au sol doit mesurer au minimum un peu plus de 50cm sur 50, soit l'espace nécessaire pour une table d'une personne. Si vous n'avez pas de cour ou de jardin à disposition, une terrasse ou un balcon feront parfaitement l'affaire (faites attention que votre balcon ne soit pas couvert par celui de votre voisin).

LES MURS

Pour qu'une Souccah soit aux normes de la Loi Juive, elle doit comporter un minimum de deux murs complets plus une petite partie d'un troisième mur. Les murs peuvent être constitués de n'importe quelle matière, à condition toutefois qu'ils puissent supporter un vent de force moyenne. Leur hauteur doit être de 96cm minimum, mais ne pas exceder les 9,6m.

Il n'est pas obligatoire de construire des murs spécialement pour la Souccah ; elle peut être adossée à un bâtiment ou à une clôture. Et si vous avez un emplacement déjà clos par deux ou trois murs, votre tâche n'en sera que facilitée !

LE TOIT

Le terme talmudique qui désigne le toit est Sekhakh, de la même racine hébraïque que le mot Souccah. Le toit doit être fabriqué à partir d'un matériau qui pousse de la terre (branches ou feuillage). Le métal ou la nourriture sont proscrits.

Par ailleurs, ces végétaux doivent être détachés de la terre, ce qui exclut un arbre que l'on ferait pencher sur la cabane.

Le toit ne doit être fixé qu'une fois les murs mis en place.

Le toit doit être suffisamment fourni pour qu'il y ait plus d'ombre que de soleil qui pénètre dans la Souccah pendant la journée. Mais il doit toutefois laisser entrevoir les étoiles lorsqu'il fait nuit.

Puisque la Souccah nous tiendra lieu de maison pendant sept jours, il est de coutume de la décorer. Pour cela, nous pouvons mettre à contribution les enfants qui couvriront avec joie les murs de la Souccah de dessins sur Jérusalem, les fêtes juives, ou y suspendront des fruits et des fleurs.


Les symboles de Souccot : la soucca et le Loulav
Le deuxième point clé de la fête de Souccot est le Loulav, ou rituel des Quatre Espèces (arba minim) : le saule, la myrte, la palme de dattier et le cédrat.

Il est ordonné de prendre en main ces quatre végétaux et de les utiliser pour se réjouir devant Dieu chaque jour de la fête (sauf le Shabbat), c'est-à-dire de les agiter dans les quatre directions et vers le haut et le bas, en symbole de l'omniprésence de Dieu. Les quatre espèces représentent les quatre caractères de l'ensemble des membres du Peuple d'Israël :
· le palmier, sans parfum mais aux fruits savoureux ;
· la myrte, odorante mais sans fruit ;
· le saule, sans odeur ni fruit ;
· le cédrat ou étrog, fruit savoureux au parfum délicieux,
où les fruits symbolisent l'étude de la Torah, dont le goût est dit comparable à celui du miel, et le parfum fait allusion à l'observance des mitzvot, dont l'odeur est agréable à l'Éternel (dixit la Thorah). Elle dit aussi de réunir ensemble ces quatre espèces dans un élan de solidarité et d'unité complète du peuple d'Israël pour déclarer son attachement à Dieu.

De plus, ces quatre espèces évoquent les membres du corps humain : le cédrat, étrog, rappelle le cœur lieu de l'intellect (pour la Bible, c'est le cœur, et non le cerveau, qui est le siège des pensées) afin de mettre l'intelligence au service du Créateur, qu'Il soit béni; la branche de palmier évoque la colonne vertébrale qui soutient l'homme, afin que l'homme tende toujours vers Son service, béni soit-Il ; le myrte ressemble aux yeux, pour signifier de ne pas s'égarer après les désirs de son regard au moment des festivités; quant au saule, il symbolise les lèvres, car par la bouche l'homme pose la touche finale à son action, d'où la nécessité de mettre une bride pour ne pas se laisser aller au moment de la joie.»



separation

ancre